menu


Intégration des réfugiés franciliens

Afin de favoriser leur sortie des centres d’hébergement et leur permettre d’accéder au logement, nous menons depuis 2015 des actions auprès des personnes réfugiées en Ile-de-France.

A la demande de la Préfecture de Région, nous avons mis en place en mars 2019 un service dédié à
l’« Intégration des réfugiés franciliens » (IRF). Il a pour mission d’établir le diagnostic de la situation des Bénéficiaires de la Protection Internationale (BPI), principalement hébergés dans les HUDA* de la région Ile-de-France, en vue d’identifier leurs besoins.

Ces diagnostics permettent par ailleurs d’accompagner une partie d’entre eux vers les dispositifs de formation, d’emploi et de logement.

 

Les missions du service IRF:

  • Etablir le diagnostic administratif et socioprofessionnel de bénéficiaires de la protection internationale (BPI) principalement hébergés dans les structures HUDA de la région Ile-de-France, afin d’assurer la fluidité et le bon fonctionnement du dispositif.
  • Accompagner des BPI principalement hébergés en HUDA*, vers les dispositifs de formation, emploi et de relogement.
  • Assurer l’accompagnement global de 200 BPI hébergés dans des dispositifs hôteliers franciliens, préalablement identifiés.
  • Assurer des sessions de sensibilisation à destination de 500 professionnels des structures du dispositif national d’accueil afin de permettre une accélération des positionnements et des sorties de BPI sur des dispositifs ciblés.
  • Orienter les BPI hébergés dans les différentes structures franciliennes vers un parcours de mobilité géographique, via la plateforme DIHAL.

 

 


 

Un logement mais aussi un emploi

Le public hébergé dans les structures du Dispositif National d’Accueil (DNA) n’a dans sa très grande majorité ni emploi ni formation (seuls 24,4% ont un emploi).

Or les sorties vers le logement ne peuvent être réalisées qu’à partir du moment où les personnes disposent, outre des conditions administratives nécessaires au relogement, de moyens financiers. Le demandeur d’asile ayant obtenu son statut de bénéficiaire de la protection internationale n’a que 3 à 6 mois pour sortir du DNA et bénéficier d’un accompagnement qui lui permettra de trouver une solution de relogement, dans un pays dont il ne connaît ni les règles ni les codes, et dont il ne maîtrise pas, ou mal, la langue.

Afin que l’obtention du statut de BPI ne se traduise par une fin de prise en charge sans solutions ni perspectives, nous avons mis en place des actions conçues pour favoriser l’insertion par la formation et l’emploi. Elles permettent de positionner une partie du public suivi sur du parc Solibail ou en résidence sociale. Pour les personnes ayant obtenu un emploi, il est possible de mobiliser le dispositif Action Logement et éventuellement le parc privé pour les plus autonomes.

Par ailleurs, afin notamment de multiplier les contacts et tisser un réseau partenarial, nous avons recruté au sein de notre équipe IRF des professionnels de l’insertion par l’emploi (Conseillers d’Insertion Professionnelle).

Plusieurs actions ont été menées en 2019 pour orienter des personnes réfugiées vers des dispositifs de formation :

  • Sessions de formations de maçon et coffreur-bancheur, à Saint-Denis (93), dont une sous l’égide de la DIHAL pour le Projet « 15 000 bâtisseurs » ;
  • Sessions de formation au métier de maçon adaptée aux travaux publics, avec la Chambre syndicale des travaux publics du 77 et PROEMPLOI ;
  • Reconduction du partenariat avec l’Ecole de Paris et des Métiers de la Table (EPMT) qui permet à des réfugiés d’intégrer une formation qualifiante ;
  • Actions d’identification puis d’accompagnement de personnes vers l’organisme de formation qualifiante Envergure (agro-alimentaire et couture).

 

 

L’accès à l’emploi :

L’équipe IRF a travaillé sur différents niveaux d’accès à l’emploi :

  • Mise en lien avec des acteurs de l’insertion par l’activité économique (BTP);
  • Préparation à l’emploi : « cotraining » proposé par l’association KODIKO, permettant la transmission des codes professionnels et culturels via des actions de mentorat ;
  • Mise en relation directe avec des employeurs : coaching (préparation à l’entretien d’embauche, savoir être en entreprise…) ;
  • Rencontres avec HUMANDO, entreprise de travail temporaire d’insertion, ayant permis l’identification de candidats et leur accompagnement en agence pour recrutement ;
  • Animation d’ateliers socioprofessionnels au GIP HIS : ateliers collectifs de réalisation de CV.